Reproduction des pyrrhuras molinae (mon expérience)

La reproduction des pyrrhuras molinae est un sujet qui me tenait à cœur. Car depuis de nombreuse année j’élève cette espèce en tant qu’oiseau de compagnie. Me voilà enfin en train d’aborder le sujet avec tous les détails possibles.

Reproduction pyrrhuras molinae- Couple

La reproduction des pyrrhuras molinae

Avant de partager mon retour d’expérience sur la reproduction des conures pyrrhruas molinae, j’aimerai aborder quelques points clés pour mieux démarrer les joies de la reproduction et d’éviter de tomber dans les travers de cette pratique.

La reproduction se prépare

Pour démarrer la reproduction des pyrrhuras, il est important de la préparer. Cela se traduit par:

  • L’âge du couple pyrrhura doit être plus d’un an minimum. Personnellement, j’attends 1 an et demi pour la femelle.
  • Quelques semaines avant l’installation du nid, la nourriture doit être plus riche que d’habitude. Je donne des graines germées 3 fois par semaines, de la pâtées aux oeufs (1 jour sur 2) et j’ajoute quelques goutes de vitamine dans l’eau de boisson. Le calcium est présent toute l’année et à volonté sous forme d’os de seiche. Si par hasard, vos oiseaux n’y touche pas, vous pouvez en donner sous forme de poudre en respectant la notice (pour en savoir plus cliquez ici).
  • Deux reproductions par an maximum (sens de l’éthique oblige).

Nous voilà en train de préparer notre couple reproducteur comme des athlètes de haut niveau. Toutes ces précautions ont pour but de protéger la femelle en diminuant le risque de mal de ponte. Car ce dernier a souvent une issue fatale.

Se lancer dans la reproduction des pyrrhuras

Une fois que le couple est au top de sa forme, j’installe le nid. Mon couple n’a pas attendu longtemps pour le visiter. La preuve en vidéo 🙂

Informations sur le nid:

Ses dimensions sont exactement les mêmes que chez la perruche calopsitte. Le nid classique mesure 20l*20 L*30H cm. Vous pouvez en trouver dans le commerce: Exemple ici.

J’avoue que c’est un peu cher, donc je vous propose de fabriquer votre propre nid. Pour cet atelier, je vous ai préparé un tutoriel de A à Z pour vous accompagner dans cette réalisation.

Tutoriel vidéo: fabriquer un nid pour grandes perruches

Le nid qu’on va fabriquer sera avec ces dimensions 25 cm en largeur, 25 cm en profondeur et 35 cm de hauteur. Cela permettra d’avoir plus d’espace à l’intérieur pour toute la famille. De plus, cela permet de diminuer le risque d’écrasement des oisillons les moins costaux…

Pendant la reproduction des pyrrhuras

La ponte:

Reproduction des pyrrhuras

La reproduction démarre généralement dès la première ponte. Je dis ça, car beaucoup sont surpris d’avoir des oeufs alors qu’ils n’ont jamais vu le couple se reproduire!!!

Je vous rassure, il n’ y a pas de mystère. Tout comme chez les touis céleste ou les perruches catherine, les pyrhhuras peuvent se reproduire (en cachète) dans le nid.

La femelle pond entre 5 et 6 œufs en moyenne avec un espacement de 48H entre chaque œuf. Mon couple m’en a fait 4 dont 3 féconds et 1 clair. Vous pouvez mirer les oeufs à partir du 6ème jour après couvaison pour chaque oeuf.

La couvaison:

La couvaison est l’affaire de la femelle, c’est elle qui gère principalement les oeufs. Le mâle a aussi un rôle important, puisque c’est lui qui nourrit sa femelle pendant cette période. Durant la nuit, il n’hésite pas à dormir dans le nid pour couver avec sa femelle. Durant la journée, la femelle sort de temps en temps pour faire ces besoins, pour boire un peu et pour grignoter quelques graines à la va-vite…

La durée d’incubation est de 23 jours. Mais étant donné que la femelle ne couve assidûment qu’a partir du 2ème oeuf (voir le 3ème) il faut rajouter un jour ou deux d’incertitudes.

Dès que le premier bébé pointe son bec, des petits « cui-cui » à faire fondre le cœur transperce les paroirs du nid. Donc, vous allez surement l’entendre.

Chez moi, le premier bébé est sorti de l’œuf le 24ème jour. Le lendemain c’était le tour du 2ème bébé et le 3ème a éclos 2 jours après. Ce qui signifie un écart de 4 jours entre le 1er et le 3ème. Le 4ème oeuf était clair mais je l’ai laissé pour que la femelle ne laisse pas le nid trop tôt et en même temps, pour servir comme support pour les bébés…

Le nourrissage des bébés:

Les activités des parents ne changent pas. La femelle continue à couver les bébés et le mâle mangent beaucoup pour nourrir sa femelle et participe aussi au nourrissage des bébés.

Il faut attendre une dizaine de jours pour voir la femelle sortir plus souvent. C’est tout à fait normal, car les jeunes sont plus grands et ils demandent plus de nourriture.

Cela-dit, le mâle continue à nourrir sa femelle et j’ai même entendu cette dernière emmètre des petits sons afin de réclamer sa venue. Je ne sais pas si c’est une dispute conjugale mais un comportement qui m’a bien fait rire. Ça c’est du détail 🙂

Le contrôle du nid et le comportement des parents:

Bébés pyrrhuras molinae dans le nid

Pour tout vous dire, les premiers jours je n’ai pas voulu déranger les parents. Heureusement que j’entendais les « cui-cui » pour me rassurer. Mais une fois que tous les oeufs ont éclos, il fallait quand même visiter le nid. J’ai réussi à regarder dedans et apercevoir les crevettes. Mais je n’avais aucun moyen pour les toucher. La maman veillait au grain et couvait bien ces jeunes. Tant mieux, cela me rassurait et puis ce n’était pas le moment du baguage.

Reproduction des pyrrhuras molinae

Cependant, mon couple n’a pas changé de comportement en vers moi. C’est un couple EPP que j’ai formé alors qu’ils étaient encore jeunes. Au fil du temps nous avons réussi à établr une relation de confiance. Ils ne sont pas manipulables mais ils cherchent le contacte et n’ont pas peur de moi. En résumé, je n’ai constaté aucune agressivité.

Idem pour mon autre couple pyrrhura EAM, leur comportement est resté le même pendant la reproduction. Le couple est resté proche de moi. Néanmoins, des cas d’agressivité et de changement de comportement ont été constaté chez d’autres personnes. Je m’arrête là car ce n’est pas notre sujet.

Baguage des bébés pyrrhuras:

Ce point est important pour plusieurs raisons:

  • La première, c’est d’avoir des bagues officielles fermées. Même si vous avez un seul couple reproducteur, vous avez le devoir de baguer les jeunes et donc les identifier. D’autant plus que vous pouvez les avoir en effectuant une petite démarche toute simple. Pour cela, il suffit de regarder la vidéo ci-dessous et de suivre ce tutoriel sur comment commander des bagues pour oiseaux?
  • La deuxième chose est le moment du baguage. Cette question revient toujours sur la table. Sachez qu’il n’y a pas une date précise à retenir. Tout dépend du nombre de jeunes de la nichée et la qualité du nourrissage. Ce qui va influencer sur la croissance des bébés et donc sur le moment du baguage. Alors, le conseil que je vous donne, c’est de commencer un test de baguage au 8ème jour, cela vous donnera une idée. Mais la moyenne en jour pour baguer les jeunes pyrrhuras c’est entre 10ème jour et le 12ème jour comme c’était le cas pour moi (voir vidéo instagram). Mais cela peut aller jusqu’au 14ème jour… En résumé, il vaut mieux un baguage plutôt et de recommencer jusqu’à que la bague tienne que de le rater.

L’évolution des bébés pyrrhuras dans le nid

Je reviendrai plus en détail sur cette partie lors d’un prochain article. Mais vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous que retrace l’évolution des bébés dans le nid.

Avant de terminer, je voudrai juste préciser que les jeunes commence à sortir du nid à partir de la 5ème semaine (selon le jeune). Dans certain cas, les jeunes auront du mal à retourner dans le nid (pas assez de force pour grimper ou il n’arrivent pas à y retrouver ). Il est donc important de mettre des perchoirs au niveau du trou d’envol du nid et de ne pas hésiter à les remettre dans le nid si la situation le demande.

Conclusion

Pour moi, la reproduction des pyrrhuras molinae regroupe des points en communs avec la reproduction chez les calopsittes, les perruches catherine et les touis céleste. Toutes Ces expériences accumulées m’ont permis de vivre une agréable expérience avec les pyrrhuras.

J’ai tout partagé sur ma page face book, sur instagram et ce n’est pas fini. Donc, n’hésitez pas à nous rejoindre pour d’autres aventures.

Si vous êtes intéressé par les mutations des pyrrhuras, voici notre serie d’article sur le sujet:

Younès

Younès

Passionné par les animaux et plus particulièrement les becs crochus. J'écris des articles régulièrement sur les perruches et les perroquets suivant mes expériences et mes analyses d’ouvrages d’ornithologie pour le plaisir d’informer, d’échanger et de partager ma passion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *