Le réflexe des ailes

catalina_taking_flightNormalement un oiseau s’envole à la première suspicion du danger. Chaque jour pendant leurs envols, les oiseaux évaluent rapidement les dangers potentiels et décident s’ils doivent continuer à voler pour éviter un danger réel. Ces vols exigent des capacités de prise de décisions immédiates et appropriées. Nous appelons ce processus « le Réflexe des ailes ».

L’Université The Parrot a passé 20 ans de recherches sur ce qui fait d’un perroquet « un perroquet ». Nos 20 ans d’expérience sur le perroquet incluent plus de 800 groupes de perroquets et plus de 4 000 bébés perroquets de plus de 50 espèces. Cela s’élève donc à plus de 7 000 oiseaux pour ces années d’expérience. En conséquence nous avons trouvé la caractéristique numéro un qui définit « un perroquet » qui est sa capacité de voler. Le vol est fondamental pour chaque composant de l’esprit et de l’organisme d’un perroquet.

L’apprentissage pour bien voler est la tâche la plus compliquée et importante qu’un perroquet peut apprendre. Les perroquets volants sont plus sains, plus actifs, plus coordonnés et ont une bien meilleure vision. Le vol permet une meilleure intelligence, la confiance en soi, le respect de soi et au final rend ce compagnon plus social à long terme.

Est-ce qu’un perroquet, conçu par la nature pendant des millions d’années, peut être vraiment mentalement et physiquement sain sans vol ?

 

La préparation sérieuse pour le vol pour un perroquet commence en moyenne à environ trois ou quatre semaines après sa naissance.

ellen_cook_bareeye_goffinLa première étape dans le développement neurologique du très jeune perroquet est la préparation pour le vol. Ce processus commence dès que le bébé commence à se déplacer dans le nid et est en grande partie finalisé à six mois. Chaque nouveau type d’activité physique développe le système nerveux dans le cervelet.
Le cervelet, qui est au fond du dos du cerveau, stocke le programme pour la coordination des mouvements et fournit en fin de compte des compétences pour le vol. Le système nerveux représente les connexions électriques du cerveau qui permettent aux informations d’être transférées partout dans l’organisme.

Puisque plus d’expériences et activités mènent à une meilleure coordination du mouvement en créant plus de système nerveux, cela signifie que cet apprentissage pour voler ajoute un nombre incroyable de système nerveux dans le cervelet.

Les bébés apprennent le mieux quand leurs sens multiples sont stimulés simultanément (c’est-à-dire; vue, ouïe, goût, toucher et odorat). La meilleure occasion pour un perroquet pour apprendre est lorsqu’une combinaison de sens est éprouvée en même temps. Les sens de la vue, de l’ouïe et du toucher prennent une nature très différente pendant le vol. Quand une compétence particulière est développée ou éprouvée par des sens différents en même temps, le système nerveux est renforcé pour chaque sens, créant une activité cérébrale beaucoup plus forte pour cette compétence ou connaissance apprise. Le vol offre une multitude de variétés de situations que les perroquets doivent utiliser pour un développement social optimal et éventuellement mental.

vol 1Le cerveau d’un perroquet se développe sur une liste prédéterminé qui a été finalement « accordée » par l’évolution pendant des millions d’années. Chacun des sens, aussi bien que des compétences mentales et physiques, se développe sur la durée du temps et non en même temps. Certaines des phases de développement sont symbiotiques, ce qui signifie qu’ils ont besoin d’informations développées dans une autre zone du cerveau pour leur propre développement optimal. Par exemple, la vision se développe le mieux quand le bébé peut se déplacer et voir des choses d’angles différents et des distances. Au contraire, la coordination des mouvements se développe le mieux quand le cortex visuel peut fournir des informations sur la distance et la perspective. Sans cette relation symbiotique de vision et de coordination, il est difficile de développer la vision tridimensionnelle.

Deux des plus importantes fonctions cérébrales exigées pour le vol sont la coordination et la vision.
La coordination et la vision se développent dans des parties différentes du cerveau, mais sont essentielles pour le développement optimal de l’autre et primordiales pour des compétences de vol.
La coordination se développe dans le cervelet à l’arrière du cerveau quand le bébé se déplace et essaye à plusieurs reprises des activités nouvelles et progressivement plus compliquées. Le cortex visuel du perroquet, qui diffère tout à fait du nôtre, se connecte avec pratiquement chaque partie du cerveau aviaire. La vision d’un bébé, à l’incubation, est un enchevêtrement d’ombres floues, des formes et des mouvements. Le bébé peut reconnaître ces légers rayons entrant dans ses yeux, mais doit apprendre à interpréter les images de base donc ils peuvent être adressés à la partie appropriée du cerveau pour l’interprétation.

vol 2Les compétences du moteur et de la vision se complètent en quelque sorte l’une à l’autre et il est difficile de séparer les deux. Au moment où le bébé vole vers un arbre, il commencera à associer les changements visuels avec la fin de la distance entre lui et l’objet. Comme ses compétences motrices se développent, il commencera à prévoir un éventuel accident et apprendra à ralentir. Plus il vole rapidement, plus sa capacité visuelle augmente et plus le cerveau apprend vite à traiter les informations et plus rapidement il pourra voler. L’enseignement du cerveau pour traiter des informations plus rapidement et sur des niveaux plus hauts, permet la prise de décisions plus rapide et moins d’erreurs dans tous les domaines de compétence mentale, physique et sociale. Cette combinaison de compétences est significativement plus importante chez les perroquets puisqu’ils sont une proie et on constamment besoin d’être prêt pour « avoir le réflexe des ailes ».

Compensation des Réseaux

Maintenant que nous savons quelle est l’importance du développement du système nerveux, nous pouvons regarder comment d’autres domaines de développement et de la personnalité sont affectées quand le développement cérébral normal est interrompu.

jim_flying_macaw_thQuand le cerveau ne peut pas traiter des informations assez vite, il crée « la compensation des réseaux ». La compensation des réseaux se développe pour prendre des décisions rapides quand l’éducation et l’expérience ne sont pas suffisantes pour produire rapidement une décision instruite.

A la base, quand une situation appelle à une décision rapide, il y a normalement plusieurs variables qui doivent être considérées. Rapidement le fonctionnement d’un individu analyse chaque variable et fait une décision instruite. Ensuite le fonctionnement d’un individu utilise souvent la compensation des réseaux pour tirer des conclusions hâtives quand ils ne peuvent pas penser assez vite. Ceci arrive souvent pour deux raisons : l’oiseau veut contourner une situation de frustration, ou pour des raisons de défense n’a pas le temps de penser au problème.

“L’apprentissage Appliqué » est la capacité d’utiliser la connaissance accumulée pour comprendre de nouvelles situations. Cette capacité arrive seulement après que le cerveau des oiseaux respecte un seuil minimal d’apprentissage. Ensuite le fonctionnement des individus qui ne peuvent pas avoir « le reflexe des ailes » utilise souvent la compensation des réseaux. Un des plus communs est de « mordre et demander après », « stratégie compensatrice ».

Les six domaines principaux où le vol est important chez un perroquet

 

La vue

vol 3La taille du cortex visuel chez un homme est très minuscule comparée à la taille de notre cerveau. Notre cortex visuel est comparable à un entrepôt qui rassemble des données visuelles, les trie et les distribue ensuite pour être traitées dans les parties appropriées du cerveau. Le cortex visuel d’un perroquet est énorme comparé au cerveau des oiseaux et marche plutôt comme un magasin plutôt qu’un entrepôt. De multiples connexions neuro visuelles majeures sont triées continuellement partout dans le cerveau des perroquets et redirigent les informations sans tarder dans un entrepôt. Cette consécration significative d’intelligence à la vision est nécessaire parce que comme un animal de proie, les perroquets doivent répondre au stimulus visuel beaucoup plus rapidement que des humains.

Les informations reçues par les yeux voyagent simultanément sur beaucoup de neuro-routes différentes et dans différentes parties du cerveau. La plupart de ces sentiers sont utilisés et renforcés à travers les expériences pour avoir la plus rapide des réponses au stimulus visuel.
La réponse appropriée au stimulus visuel devrait prendre quelques milliers d’une seconde, mais le processus est retardé quand « les réseaux compensatoires » interviennent et cela peut prendre plusieurs secondes pour trier, ou traiter.

vol 4Les perroquets avec de faibles compétences visuelles mettent plus de temps pour évaluer le stimulus visuel. Cela peut entrainer une agressivité chez l’oiseau jusqu’à ce que les informations soient traitées. Par exemple, une nouvelle personne entrant dans la pièce ou quelqu’un qui tente de le toucher peuvent provoquer une morsure pendant que la circonstance est analysée.

Des oiseaux volants apprennent plus rapidement à traiter des apports visuels puisqu’ils développent et renforcent des sentiers nouveaux et sont améliorés pour acheminer le stimulus visuel à de hautes vitesses de façon tridimensionnelle. Ce processus éducatif ne peut pas avoir lieu sans le vol.

Défendre

La fuite est le moyen principal de défense pour un perroquet. A chaque suspicion de danger, il prend la fuite tout en évaluant rapidement les dangers (le réflexe des ailes). Les perroquets volant librement et facilement, se sentent rarement en danger à l’état sauvage.
vol 5Se sentir menacé ou concerné et avoir peur sont deux émotions distinctes. En tant qu’être humain, on peut se sentir menacé si on se retrouve au milieu d’une autoroute ; mais sans vraiment avoir peur puisqu’on peut facilement éviter le danger en marchant sur le côté de la route. C’est ainsi que les perroquets ressentent les menaces. Ils peuvent facilement voler et ressentir ainsi rarement la peur. A tout moment les perroquets peuvent être la proie d’un prédateur, c’est la raison pour laquelle ils deviennent peureux quand ils ne peuvent pas éviter les situations menaçantes. Les perroquets qui ne volent pas souvent perdent rapidement la capacité de choisir entre voler ou se battre (vol ou mordre dans le monde des perroquets). Lorsqu’un perroquet ne peut pas se retirer d’une situation menaçante, il sera automatiquement sur la défensive et MORDRA. Les perroquets n’ayant pas la possibilité d’apercevoir ou d’échapper à un danger, deviennent paranoïaques et ont tendance à développer la méthode de défense « mordre en premier et demander après ». La réponse de leur système de défense, fonctionne tellement vite, qu’ils répondent automatiquement quand ils ont peur et, souvent sans prévenir, par mordre leur maitres accidentellement. En fin de compte, la plupart de ces oiseaux adultes deviennent imprévisibles et mènent des vies très restreintes.
Le vol est nécessaire pour le comportement « retraite et re-approche », qui est très important pour les bébés oiseaux. Lorsqu’ils sont menacés et incapables de se retirer d’un danger possible, les bébés deviennent peureux et incapables d’apprendre dans ces situations.

Sécurité

vol 6Jamais un perroquet qui a sauté hors du nid dans la nature, savait comment voler. Les bébés perroquets volent sur le coté des arbres, manquent leur atterrissage et finissent dans un buisson ou plus grave.  A l’université The Parrot nous avons regardé des milliers de bébés utilisant les mêmes expériences pour apprendre comment bien voler. En expérimentant de près ces tragédies des bébés en développement, ils ont perfectionné tous leurs sens et seront automatiquement capables d’éviter ces situations à l’avenir. Un juvénile qui apprend les limites de son corps physique et comment rester tranquille, sera plus confiant et apprendra facilement à s’intégrer à un milieu humain ou dans un groupe d’oiseau un adulte.
« Les perroquets qui ne volent pas souvent, ce sont des perroquets en sécurité»  c’est souvent l’avis donné par des comportementalistes qui ont expérimenté moins d’oiseau. Nous avons plus de 20 ans d’expérience de travail avec plus de 4500 perroquets volant à l’Université The Parrot qui ont prouvé que les risques sont nettement plus importants pour les oiseaux qui ne volent pas, parce qu’ils sont moins aptes à éviter les situations dangereuses. Non seulement ils ne peuvent pas sortir du danger en cas de besoin, mais aussi ils savent rarement où le danger se trouve car ils ont une expérience de vie limitée.

Parmi les idées reçues en faveur de la taille des ailes on trouve :

vol 7L’oiseau peut voler dans une poêle ou dans une casserole en ébullition.
Les oiseaux apprennent où est le danger, très rapidement comme nous. Un perroquet qui a toujours volé, peut en quelques minutes apprendre qu’une cuisine est dangereuse. S’il se retrouve accidentellement dirigé dans cette direction, il peut facilement planer comme un hélicoptère et voler dans une autre direction. Couper les ailes des oiseaux qui souhaitent voler, ont très peu de contrôle sur l’atterrissage.

Quand un oiseau vole sur la cage d’un autre oiseau, dans une famille où il y a plusieurs oiseaux, il va entrer dans un combat.
Dans une situation naturelle, les oiseaux rentrent rarement dans des combats. Au premier danger, l’un des oiseaux recule et s’envole. Un oiseau avec les ailes coupées, qui se retrouve accidentellement sur une cage d’un autre oiseau se blesse souvent car il n’a pas la possibilité de faire marche arrière. C’est très facile d’apprendre à un perroquet, dans un milieu « multi-perroquet » de s’entendre et de respecter l’espace de l’autre, s’ils peuvent voler.
vol 8

Les oiseaux qui volent peuvent se retrouver au sol et être piétinés ou mangés par le chien.
Quand un oiseau volant se retrouve accidentellement au sol il peut facilement voler vers une endroit sûr. Vous devez observer les oiseaux avec les ailes coupées de très près parce qu’ils peuvent seulement marcher quand ils veulent aller quelque part et tombent souvent du perchoir. Il est courant pour les chiens, les chats et les pieds des Hommes de blesser les oiseaux qui ne peuvent pas voler.

Couper les ailes, rend le perroquet plus facile à manipuler.
Cette raison est en partie vraie. Si un oiseau n’a pas été élevé correctement jeune et devient indiscipliné, le fait de l’empêcher de voler limiterait sa capacité d’approche et de se retirer des dangers. Cela élimine la possibilité de le sortir et peut entraîner une dépendance à son propriétaire.
Les perroquets qui ne volent pas souvent, sont constamment exposés à des situations où ils se sentent apeurés et ont le sentiment de ne pas avoir le contrôle. En l’absence de contrôle sur leur vie, les perroquets développent souvent des comportements schizophrènes paranoïdes. Ces perroquets n’ont pas la capacité de faire confiance aux autres. Ce syndrome est un facteur important dans le développement de la personnalité de l’oiseau.

flying_blue_and_gold_macaw_thLes oiseaux sont incapables d’apprendre à ne pas se heurter dans les fenêtres et les murs.
Tous les jeunes oiseaux ainsi que  les enfants se heurtent dans les murs et les fenêtres, mais pas pour toujours. Les bébés perroquets qui volent apprennent très rapidement.
Au milieu de la volière d’intérieur d’Hartman, se trouve une grande fenêtre permettant aux  bébés perroquets de voler à travers.  Il faut 72 heures maximum d’apprentissage pour un bébé perroquet pour développer son vol pendant leur «période sensible» et se rendre compte qu’ils peuvent voir à travers le verre, mais qu’ils ne peuvent pas le traverser. Cette «période sensible» est vers l’âge de 8 à 10 semaines.
La plupart des perroquets qui ne volent pas comme un juvénile finit par avoir ces ailes poussés et peut voler. Ces oiseaux volent sans repère à travers les fenêtres et finissent écraser par terre, parce que ces oiseaux se sont fait tailler les ailes pendant leur période sensible du développement du cerveau, et n’ont donc pas développé la coordination motrice du vol.
Ces perroquets handicapés sont généralement incapables d’avoir « le réflexe des ailes » et perpétuent le mythe que les perroquets sont stupides pour apprendre à voler dans une maison. Ce manque de coordination entraine une réaction instinctive de nombreuses personnes de leur couper encore plus les ailes et d’aggraver le problème.

Exercice

carrotUn perroquet qui vol quelques minutes, reçoit plus d’exercice qu’un perroquet qui ne vole pas et qui est actif toute la journée. Un perroquet sauvage sain ne se fatigue pas après avoir volé une longue distance. Encore très peu de perroquets de compagnie peuvent voler à travers la pièce ou battre des ailes fortement sans en être fatigué.
Nous connaissons tous les avantages physiques et mentaux de l’exercice sur tous les aspects de la vie. Si un perroquet est sain, il peut se concentrer et focaliser son attention, apprendre plus vite et est plus facilement formé et pourrait probablement vivre plus longtemps.
De jeunes perroquets doivent gagner l’avantage maximal de l’exercice pour connecter des milliards de synapses dans son système nerveux et atteindre un bon quotient intellectuel pour devenir un adulte équilibré, tandis que son organisme et son cerveau se développent toujours.

 

Source http://theparrotuniversity.com/flight

Article traduit  par l’équipe BirdandYou en accord avec Steve Hartman /The Parrot University

Younès

Younès

Passionné par les animaux et plus particulièrement les becs crochus. J'écris des articles régulièrement sur les perruches et les perroquets suivant mes expériences et mes analyses d’ouvrages d’ornithologie pour le plaisir d’informer, d’échanger et de partager ma passion.

2 commentaires

  1. Très bon article et assez complet, félicitations 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *