Élevage à la Main ou EAM: Méthode

Parfois on est obligé d’élever un nouveau-né parce que les parents ne s’en occupent plus ou pour certains de le faire volontairement afin d’obtenir des oiseaux apprivoisés (EAM), dans ce cas, il est conseillé d’attendre que l’oisillon ait déjà quelques semaines avant de le retirer à ces parents.

Élevage à la Main

Bébé caïque « Thierry Toul »

Important : le but de cet article est d’expliquer les étapes de l’élevage à la main afin d’éviter le pire, sans inciter à le faire.

Mieux vaut prévenir que guérir !

Pour l’élevage à la main d’un oisillon, il vous faut d’abord le matériel nécessaire pour l’EAM, de l’expérience et de respecter les points ci-dessous :

La température de l’éleveuse

La température de l’éleveuse doit être bien réglée, un écart important peut causer une mauvaise digestion et une perte de poids. Voici en moyenne les températures à respecter en fonction de l’âge de l’oisillon:

  • De la sortie de l’œuf jusqu’au sixième jour : 36 à 37°C
  • De 6 à 12 jours : 32°C
  • De 12 à 22 jours : 30°C
  • Quand l’oisillon est emplumé : 26°C
Élevage à la Main

Bébés Youyou et céleste « Thierry Toul »

Ces températures peuvent varier de quelques degrés suivant les espèces, mais rien ne vaut l’observation des oisillons. A la bonne température l’oisillon se tient bien, ne tremble pas et dort paisiblement.
Pour ce type d’élevage, il est conseillé de regrouper les oisillons du même âge pour se tenir compagnie et être plus heureux, mais si l’oisillon est seul, vous pouvez fournir une peluche ou un jouet correspondent à sa taille pour qu’il ne se sente pas seul et en quelque sorte remplacer un peu sa mère.

Voici un exemple de fabrication d’une éleveuse pour bébés oiseaux réaliser par notre équipe.

L’hygrométrie  de l’éleveuse

L’hygrométrie de éleveuse doit se tenir entre 40 et 55% minimum, mais le bon taux d’humidité est autour de 55-60 %. Ce paramètre est très important  pour la croissance et l’hydratation des bébés et il influe sur la future santé physique de l’oiseau.

Le sommeil

le respect des stades de sommeil, est aussi très important pour le développement de l’oiseau, de sa santé mentale et d’éviter les troubles du comportement du genre confondre le jour et la nuit , ne pas vouloir se coucher à l’heure du crépuscule…

La température de la pâtée

Élevage à la Main

Bain-marie

La température de la la pâtée doit être maintenue à 37°C tout au long du nourrissage, pour cela on peut utiliser un bain-marie par exemple. Si elle n’est pas assez chaude la digestion se fait moins bien et les blocages de jabot sont souvent dû à cela.

Attention :

  • Mélange trop chaud : risque de brûlure grave à l’œsophage et au jabot
  • Mélange trop froid : risque de refus de manger de l’oisillon et blocage du jabot
  • Éviter de re-nourrir sur de la pâtée non digérée, au risque de provoquer un blocage du jabot

Élevage à la Main: nourrissage de l’oisillon

  • nourrissage à la main 1

    Nourrissage à la main

    Pendant les premiers jours, les oisillons seront nourris 8 à 10 fois par jours (chaque 2h-2h et demi)

  • A partir d’une semaine le nourrissage peut s’effectuer toutes les 3h ou 4 h et la courbe de poids évolue rapidement, dans le cas contraire il faut vérifier la température de l’éleveuse car une baisse de température peut causer une digestion longue et bien maintenir à la bonne température la pâtée tout au long du nourrissage.
  • Entre la première et la deuxième semaine, on peut épaissir progressivement le mélange de la pâtée.
  • Entre la troisième et la quatrième semaine, le nombre de repas peut être réduit à 3 fois par jour en augmentant la ration de nourriture.
  • Puis en passe à deux repas par jours, c’est à cet age là que l’oiseau commence à picorer et à grignoter la nourriture. Pendant cette période les oisillons seront logés dans des cages spacieuses, où ils pourront exercer leurs ailes.
  • Pour les inciter à s’alimenter eux-mêmes, on leur proposera en plus de la pâtée, des graines germées, des fruits, du millet en grappe, des graines pour grandes perruches et on donnera un seul repas (pâtée) de la journée. Après quelques jours et poussés par la faim les oisillons commencent à manger seuls.

Ps :  les repas quotidiens ci-dessus ne représentent pas une règle mais des indications.

Selon un ami éleveur confirmé « Thierry » :

L’élevage à la main est un ensemble entre la différence de chaque individu et de leurs façons différentes de grandir. Il faut le vivre et il n’y a pas de règle sauf celle de l’observation et de l’habitude…tout dépend de l’espèce . Et même dans la même couvée il se peut qu’il y est un décalage dans le changement de rythme…Du même pour le sevrage, c’est un ressenti envers l’oiseau et son comportement.

Younès

Younès

Passionné par les animaux et plus particulièrement les becs crochus. J'écris des articles régulièrement sur les perruches et les perroquets suivant mes expériences et mes analyses d’ouvrages d’ornithologie pour le plaisir d’informer, d’échanger et de partager ma passion.

2 commentaires

  1. Quel bel article et très utile, merci Younes. Perso je n’ai jamais eu à faire de l’eam mais si cela avait été le cas (par obligation) je n’aurais pas su le faire et donc pas pu sauver les poussins. cet article est vraiment le bienvenu pour ceux qui en ont besoin .

  2. De rien @missmaine, justement le but est d’apporter des informations utiles et pratiques 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *