Ma visite à Pairi Daiza-Parc animalier

Le week-end dernier, j’ai visité le parc animalier Pairi Daiza qui se situe dans la campagne belge. Non loin de la frontière française et à moins d’une heure de Lille.

Pairi Daiza

J’ai été émerveillé par la beauté du lieu et ces occupants. C’est la raison pour laquelle je suis pressé de partager avec vous mes impressions et tous les moments forts de cette magnifique balade.

Auparavant, j’avais déjà visité des zoos assez sympatiques. Le zoo de Thoiry en région parisienne (78) avec son Safari grandeur nature en voiture personnelle et le zoo de Lille avec sa grande volière immersive (vidéo).

Cela étant dit, je trouve que le zoo de Pairi Daiza est le plus beau à mes yeux. Je vous raconte tout.

Pairi Daiza, un parc animalier au top

Pairi Daiza s’étale sur 65 hectares de verdures divisés en zones thématiques. Les 5000 animaux vivent dans des univers naturels correspondants aux différents continents du globe. Ce qui rend la visite très enrichissante.

On peut passer ainsi d’un continent à l’autre en quelques minutes, d’un magnifique jardin chinois avec ses palais et ses loutres géantes au domaine de Mura Mura Territory avec sa grande volière immersive contenant des becs crochus australiens ou d’un village de rapace avec ses magnifiques pensionnaires à un temple indonésien ou un village de cases malgaches…

Des lions aux éléphants en passant par des girafes, singes, gorilles ou encore des animaux rares comme le panda, les tigres blancs, les diables de Tasmanie et les aras Hyacinthe et de Spix… C’est impossible de tous décrire, sinon je devrais écrire un roman lol.

Vous pouvez cliquer sur une photo pour ouvrir le diaporama.

Les perroquets en volières

Lors de cette visite, j’ai fait en sorte de visiter en premier ce qui m’intéressait le plus « les perroquets ». Cela a commencé dès l’entrée par une immense volière divisée en deux parties. L’une contenait des aras Hyacinthe (le perroquet le plus grand du monde) et l’autre regroupait 4 spécimens si rare, des perroquets aras de Spix.

Si vous ne connaissez pas l’ara de Spix, vous l’auriez peut-être vu dans le film d’animation « RIO ». Hé oui, les deux personnages bleus « Rio et Perla » sont bien des aras de Spix et non des aras Hyacinthe comme la plupart le pense.

Un perroquet en voie de disparition

Malheureusement, le perroquet ara de Spix n’existe plus à l’état sauvage suite à son extinction depuis les années 2000. Depuis ce triste constat, les consciences se sont réveillées pour sauver les individus en captivités et les faire reproduire. Un travail de longue haleine qui commence à porter ses fruits, puisqu’un plan de réintroduction du perroquet bleu dans la nature est déjà prévu d’ici 2019/2020.

Dès les premiers instants devant cette immense volière, je me sentais privilégier et je voulais absolument figer ces moments en prenant des photos et vidéos afin de les partager avec vous. Malheureusement, j’ai vite déchanté à cause du vitrage sur la façade de la volière. Cela rendait la visibilité très mauvaise, voire impossible à cause des reflets de lumière sur les vitres.

Je suis resté 15 min en se tordant dans tous les sens, le visage collé à la vitre pour tenter d’apercevoir ces magnifiques perroquets, mais en vain. J’avoue que ma frustration était énorme, heureusement que c’était que le début de la visite. J’ai donc décidé de partir pour revenir en fin de journée et de retenter ma chance. En même temps, je n’avais pas le choix, j’avais une famille à promener lol.

Sur le chemin, j’ai aperçu plusieurs volières non vitrées (il ne manquait plus que ça). Cette fois-ci j’ai pu réaliser quelques clichés ci-dessous :

Les volières immersives du parc

Volière des oiseaux australiens

Ensuite, j’ai pu visiter une volière immersive de becs crochus australiens. Il y avait pas mal de perruches ondulées et calopsittes. Par contre je n’ai pas pu voir des grandes espèces mais seulement un rosalbin et un mâle eclectus… A mon avis, les autres étaient bien cachés dans le grand chalet en bois attenant. Cela ne m’avait pas étonné vu que c’était heure de la sieste.

Volière géante

Puis, j’ai traversé une autre volière géante avec son pont suspendu à sensation qui permettait d’avoir une magnifique vue panoramique de l’intérieur. Le décor ainsi que les oiseaux de cette volière étaient magnifiques comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous :

Je l’ai eu: ara de Spix

En fin de journée, il était 19h, j’ai rebroussé mon chemin avec l’objectif de retourner devant la volière des aras de Spix. En arrivant devant cette fameuse volière vitrée, j’ai pu apercevoir deux aras de Spix perchés tout en haut. La visibilité s’est un tout petit peu améliorée, grâce à la grisaille du ciel et la pluie qui s’est invitée. Malgré cela, Je suis resté 45 min sur place en bougeant dans tous les sens pour chercher le bon angle de prise de vue. Malgré ce filtre en face de moi qui m’empêchait de bien les voir, j’ai réussi quand même à prendre quelques photos et une vidéo. La qualité n’est pas top mais comme on dit, s’est mieux que rien.

Mon ressenti

J’ai beaucoup marché durant cette magnifique journée et face à l’immensité du zoo cela n’a pas suffit pour tout voir. C’était impossible pour ma famille et moi de le tout visiter en une seule journée. Une raison de plus pour y retourner. Néanmoins, cette première visite va sûrement me servir pour mieux me préparer pour la prochaine visite.

En attendant, je vous ai préparé une vidéo résumant cette journée à Pairi Daiza avec des séquences intéressantes. Notamment celle des Aras de Spix, le panda et plein d’autres animaux…

Je commence vraiment à prendre goût à ce genre d’expédition et de découvert. Cela me donne des idées pour en faire d’autres et les partager avec vous…

Ma journée à Pairi Daiza en vidéo

Pour information

J’ai contacté le service info de Pairi Daiza pour faire part de ma remarque sur la difficulté que j’ai rencontré pour voir les perroquets de Spix.

Le retour de leur part était rapide. La personne m’a expliqué que les vitres ont été spécialement placées pour que les oiseaux ne soient pas effrayés par le passage des visiteurs, pour qu’ils puissent se sentir sereins et d’éviter le contact direct pour leur bien-être car l’espèce est en voie d’extinction. Il faut donc s’armer de patience, malheureusement.

Younès

Younès

Passionné par les animaux et plus particulièrement les becs crochus. J'écris des articles régulièrement sur les perruches et les perroquets suivant mes expériences et mes analyses d’ouvrages d’ornithologie pour le plaisir d’informer, d’échanger et de partager ma passion.

Un commentaire

  1. merci pour ton partage younes
    Tu as du te faire plaisir, dommage pour les perroquets
    mais c’est un peu normal car s’ils sont toujours dérangés par les gens.
    gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.