La magie de la génétique chez la perruche catherine

Voici une nouvelle histoire que j’ai vécue avec mes oiseaux. Cette fois-ci c’était au tour de la génétique chez la perruche catherine.

Cette espèce offre un large panel de couleurs (mutations). Du vert, du bleu, du lutino, cremino, du blanc, du violet avec ou sans facteurs foncés. Sans oublier les ailes Grises… Bref, cela représente des 10aines de mutations… Je reviendrai prochainement sur ce sujet avec plus de détails.

Pour un passionné comme moi, c’est parfait. Par contre pour obtenir certaines mutations ce n’est pas si évident.

La génétique chez la perruche catherine - mutations

Brochette perruches catherine 🙂

Travailler la génétique chez la perruche catherine 

Objectif 1

Pour travailler les mutations de la perruche catherine, il me fallait d’abord fixer des objectifs. Le premier objectif consistait à obtenir ma propre souche avec des oiseaux nés dans mon élevage pour constituer mes propres couples avec des combinaisons bien définies.

Derrière cette première démarche, il y avait beaucoup d’investissement à tous les niveaux. Du temps, de la recherche, de la sélection et bien sur le côté financier.

Objectif 2

Une fois le premier objectif avait été atteint, je suis passé à l’étape suivante. Cela consistait à obtenir deux mutations bien spécifiques. Il s’agit de la mutation ino et de la mutation turquoise-ino dite cremino.

Avant de rentrer dans les détails, je vous explique c’est quoi ces deux mutations ?

  • La mutation ino est liée au sexe. Souvent transmis par le papa à ces filles. l’aspect est jaune avec un soupçon de blanc sur les plumes des ailes et les épaules. Les yeux sont rouges.
  • La mutation crémino est aussi liée au sexe. C’est une combinaison entre le turquoise et l’ino d’où son nom turquoise-ino. L’aspect est blanc crème et les yeux sont rouges.

Sélection des couples

Les couples que j’avais sélectionnés me permettaient d’en avoir. Du moins sur le papier, car génétiquement ils disposent du gène ino et turquoise. Le reste dépendra des probabilités car au maximum 37% des nouveaux nés vont l’être. Donc rien n’était gagné d’avance. Ce qui rend l’élevage passionnant je trouve.

Premier couple est composé d’un mâle turquoise porteur ino et femelle turquoise DD (mauve). Avec cette association j’aurais forcement que des bébés creminos et d’autres bleus cobalts. Car dans ce cas l’ino et forcement associé au turquoise.

Couple 1

Déception et découragement

Ce couple était le premier à me sortir un bébé aux yeux rouges. C’est un terme qu’on utilise pour désigner l’ino ou le cremino.

Lutino, cremino

Exemple cremino aux yeux rouges

Lutino, creminoMalheureusement le bébé est décédé le jour même et ma déception était grande. C’est toujours émouvant de voir un être vivant décédé d’une part et d’autre part parce que j’ai loupé une occasion de réaliser mon objectif.

Le couple a repris du service avec une nouvelle couvée. Un bébé aux yeux rouges est né. Mais encore une fois le bébé n’a pas survécu à son tour. Vous n’imaginez même pas à quel point j’étais attristé et découragé…

Persévérance et détermination

Suite à ces deux échecs cuisants, j’ai mis le couple en repos et je commençais à cogiter pour faire bouger les choses.

J’ai placé en reproduction, un jeune couple prometteur. La femelle est verte DD AG porteuse bleue (Pour info c’est la sœur de Hope, si vous avez suivi son histoire ici) avec un mâle vert D porteur ino. Ces deux jeunes vous les avez vus grandir sur notre page facebook.

Couple 2

Au fond de moi, je ne voulais pas trop y croire afin de me préserver. C’était aussi pour moi une manière pour ne pas porter la poisse lol. De plus, ce jeune couple est non expérimenté, ce qui rajoutait le doute.

Malgré toutes ces réserves, j’ai pressenti leur potentiel génétiquement parlant (ils pouvaient sortir des bébés ino et cremino) ainsi que leur capacité à élever les petits.

Après 21 jours de couvaison, un premier bébé aux yeux noirs est né. Le lendemain, j’ai  regardé et j’ai aperçu un bébé aux yeux rouges. J’étais content mais j’ai retenu ma joie. 2 jours après un deuxième aux yeux rouges sortait de sa coquille. Puis quelques jours après un dernier aux yeux rouges pointait son bec.

Ça pousse doucement!!!

Génétique chez la perruche catherineTrois bébés aux yeux rouges, c’était inespéré et surtout dans la même couvée. J’étais aux anges mais toujours sous mes réserves. Car les premiers jours sont toujours cruciaux et la survie des bébés en dépendait.

J’étais présent pour surveiller le déroulé du nourrissage des bébés en s’assurant qu’ils mangent bien et que les parents ne sont pas débordés. 5 bébés étaient dans le nid et pour une première nichée c’est du boulot.

Chaque jour qui passait, c’était un de gagner et l’avenir de ces bébés aux yeux rouges commençait à s’éclaircir. Les photos et la vidéo ci-dessous témoignent de la réussite de cette nichée tant attendue. On dirait que le soleil et la lune se sont réunis lol. Il y’avait deux lutinos, une crémino, un mauve ailes grise et un vert D ailes grises.

Évolution terminée des bébés perruches catherine

ET 1 et 2 et 3 zéro

La génétique chez la perruche catherineEntre temps et malgré les deux échecs précédents, le premier couple m’a rendu aussi fier. il a réussi finalement à me sortir 3 bébés creminos en même temps. Pour moi, c’était comme une finale de coupe du monde lol. ET 1 et 2 et 3 zéro. C’est ça la magie de la génétique chez la perruche catherine.

La génétique chez la perruche catherine continue

Après ces résultats satisfaisant, j’ai continué le travail sur la génétique pour obtenir d’autres mutations rares. J’ai réussi à sortir des inos et créminos mais cette fois-ci en ailes grises. Chose qu’on ne voit pas souvent. Voici en photo un exemple d’une perruche catherine cremino ailes grises.

Suivre l’évolution des bébés en photos et vidéos

J’ai toujours partagé avec vous l’évolution des bébés sur page facebook que ce soit en photos ou en vidéos.

Pour cette fin d’année 2018, j’ai quelques kinder surprise à vous dévoiler. Donc n’hésitez pas à nous rendre visite 😉

Younès

Younès

Passionné par les animaux et plus particulièrement les becs crochus. J'écris des articles régulièrement sur les perruches et les perroquets suivant mes expériences et mes analyses d’ouvrages d’ornithologie pour le plaisir d’informer, d’échanger et de partager ma passion.

4 commentaires

  1. Merci pour l’article.
    Les petits sont magnifiques. Je te souhaite que cela continue comme ça.
  2. Merci à vous de partager vos expériences 🙂 Un vrai plaisir que de découvrir les histoires de ces oiseaux et vous !
  3. de rien je le fais avec plaisir 🙂
    Il y a encore quelques histoires sur le site que vous pouvez lire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *